© 2023 par SUR LA ROUTE. Créé avec Wix.com

  • facebook
  • Instagram

Le projet

La genèse

« Tu peux tout accomplir dans la vie si tu as le courage de le rêver, l’intelligence d’en faire un projet réaliste, et la volonté de voir ce projet mené à bien. »

Irlande, 19h30, un paquet de muffins à 1,99€ dans les mains, une pluie battante depuis 20 jours. Mon esprit s’évade à travers la petite fenêtre de mon van aménagé qui donne sur les grands espaces du Connemara. En ce jour de mars 2017 je me rends compte qu’être enfermé dans 3m2 en permanence ça fait réfléchir.

 

C’est là qu’une idée de génie me vient ! Je me dis “Tiens ! pourquoi pas appeler Adrien ?”

 

-Allo Adrien ? Salut ! Devine ce que je fais là ! Je suis dans mon duvet, l’Irlande ça caille, dehors tout est humide, et je mange des muffins parce que je n’ai plus d’argent pour des vrais repas, et toi tu fais quoi ?

 

-Ah ouais une bonne vie de merde, génial le road-trip ! Je suis tranquillement installé au chaud dans ma chambre ! Quand tu rentres on va monter une petite expé, j’le sens bien.

 

-Vas-y chaud ! On fait quoi ?

 

-Un petit trip en kayak de 8 mois ? T’as déjà fait du kayak de mer ?

 

-Nan je ne crois pas.

 

-Ah ben parfait moi non plus on peut partir là-dessus !

 

-On part où ?

 

-La norvège ça te tente ?

 

-Allez go !

 

-Faut juste monter un projet béton, vu que techniquement je suis encore à l’école.

 

Le projet d’un voyage vers le cap nord est né.

 

Dès le retour de Pierre-Louis nous avons commencé à discuter plus sérieusement du projet. Nous avons mis du temps à nous organiser mais dès le départ nous savions où nous voulions aller.

 

Au fur et à mesure que le temps passait, le projet devenait concret, nous nous sommes formés à tous les domaines touchant notre aventure. Mais l’essentiel du projet, c’est à dire savoir vivre dans la nature, se débrouiller avec peu de choses, nous l’avions bien en tête. C’est ce qui a lancé notre aventure et aussi ce qui nous a permis de rester concentrés sur nos objectifs.

 

“Cap vers le Nord” est devenu une quasi obsession quotidienne. Cela marque nos vie depuis 18 mois maintenant.

La préparation

Étant novices en kayak de mer, il fallait commencer par une formation solide dans ce domaine afin de limiter les risques. Nous avons donc contacté un guide dans les calanques de Marseille pour une première prise de marques. Malheureusement les conditions étaient idylliques, en comparaison avec les conditions norvégiennes. Par ailleurs nous avons pu découvrir des gens formidables avec qui nous avons gardé contact.

Nous sommes ensuite repartis en Bretagne avec le même guide ainsi que deux autres, un breton et un grenoblois. Merci à Jérémy, Vincent et Jérôme.

 

Nous avons dans le même temps multiplié les bivouacs et les expériences de “survie”. En plus du kayak il faut nous préparer aux conditions extrêmes et à la vie sur le camp ! Notre terrain de jeu principal a été les Vosges, idéal en hiver pour se frotter aux nuits à -15°C et aux vents terribles des crêtes. Rien de tel que qu’une bonne nuit au frais, ça revigore !

 

Dans le but de maîtriser notre projet de A à Z nous avons développé nos connaissances dans différentes spécialités comme la communication : site internet, réseaux sociaux, presse, télévision, … Il a fallu vendre notre projet à des sponsors, le marketing a donc été important dans la recherche de partenariats. La prise d’images nous a aidé dans ces démarches, il a même fallu apprendre la vidéo, un domaine qui était inconnu pour tous les deux.

 

La préparation a duré un an et demi mais elle a été autant enrichissante que l’aventure va l’être.

L'itinéraire

Le 3 mars aura lieu le départ de notre aventure. Nous partirons le matin de notre Alsace natale vers la Norvège. Le 5 mars nous espérons arriver dans la ville de Bergen d’où notre aventure débutera. Le 6 mars nous monterons définitivement dans nos bateaux pour de longs mois de navigation.

 

L’itinéraire sera simple, il consiste à longer les côtes norvégiennes jusqu’au Cap Nord. Ce qui représente environ 3000km. Nous avons estimé la durée à 8 mois au maximum, afin de ne pas pagayer dans des conditions climatiques trop compliquées.

Le but sera d’être autonomes au maximum, que cela soit en énergie, ou en alimentation.

 

Sur ces 3000km nous avons 11 villes étapes dans lesquelles nous irons nous ravitailler.

Chaque soir nous étudierons l’itinéraire du lendemain en fonction des conditions climatiques et des marées.

 

Environ 70kg de matériel seront chargés sur chaque kayak, avec en suppléments les quelques aliments pour 2 semaines en autonomie.

La Norvège

Ce pays Scandinave de 5 millions d’habitants, marqué par les paysages d’origines glaciaires, est bordé par l’océan atlantique à l’Ouest. Ces eaux sont réchauffées par la dérive Nord Atlantique, un courant issu du Gulfstream, qui vient adoucir les côtes. C’est grâce à cela que les conditions climatiques sont assez clémentes pour la latitude.

 

Les eaux du Nord, riches en éléments nutritifs, attirent des poissons tels que le cabillaud, ou encore le hareng qui vient se reproduire dans de profonds fjords. Des prédateurs comme les baleines à bosses, ou les orques les suivent en période hivernale, proche des côtes. Nous côtoierons des dauphins, et ce, quasi quotidiennement.

 

Nous allons aussi traverser le cercle polaire, à 66° de latitude Nord. Passé ce cercle il y a au moins un jour et une nuit polaires dans l’année. Ce qui implique pour nous un été très lumineux avec 24H d’ensoleillement, ainsi qu’une chute brutale de la durée du jour en hiver.

Les températures peuvent varier du tout au tout durant la même journée, avec les 4 saisons réunies.

Notre philosophie

Malgré tout ce que vous pouvez voir à travers les réseaux sociaux, ce site internet, nous tenons d’abord à voyager pour nous, et au rythme de la nature, sans la frénésie de la vie moderne. C’est un voyage pour retourner aux choses simples de la vie, manger, dormir, prendre le temps de vivre.

 

Au fil de notre préparation nous avons trouvé un but secondaire à cette expédition. Transmettre et partager notre philosophie de vie : sensibiliser les gens à l’environnement et à la simplicité de la vie. Prendre de la distance avec une certaine opulence matérialiste, tout en étant heureux.

 

C’est pour que celà que nous avons médiatisé notre projet, pour qu’à notre retour nous puissions organiser des conférences, des projections, notamment en compagnie des scolaires, avec qui nous avons déjà commencé un échange.